Place Georges Clemenceau - 99 rue Carnot - 89500 Villeneuve-sur-Yonne
0386876200
accueil@villeneuve-yonne.fr

L’église Notre Dame de l’Assomption

Une cité de charme et de caractère

L’église Notre-Dame de Villeneuve-sur-Yonne prend place parmi les œuvres d’art d’une époque où l’élan de la foi construit les grandes cathédrales gothique. La première pierre de l’église aurait été bénie en 1163 par le pape Alexandre III. La construction de l’édifice continue sous le règne de Philippe Auguste, il ne sera achevé qu’à la fin du XVIème siècle (façade et deux dernières travées).

De par ses dimensions imposantes l’église domine majestueusement la cité. Longue de 72 m et large de 19 m, les clés de voûte atteignent 22 m de hauteur.

Classée Monuments Historiques dès 1849, l’église Notre Dame de l’Assomption tient à la fois de l’école bourguignonne et de l’école champenoise avec ses deux triforiums.

Le clocher commencé au XIIIème siècle est achevé après 1546, il possède trois cloches et s’élève à 47 mètres.

La façade de style Renaissance date de la fin du XVIème siècle, elle est l’œuvre de l’architecte Jean Chéreau. Sur la façade on peut remarquer les dates 1547 et 1612 gravées. Elle comporte trois portails, bâtis en plein cintre. A l’époque des statues venaient orner le portail, elles ont toutes été détruites en 1793. Le trumeau du portail porte une Vierge à l’enfant, pendant la révolution les villeneuviens l’on cachée pour la protéger.

Une belle rosace aux 24 rayons, semblant amorcer un mouvement de rotation, domine l’ensemble. Les deux tours prévues ne sont pas réalisées.

A l’Est, admirer le chevet avec ses trois chapelles du XIIIème siècle. Des contreforts soutiennent les arcs-boutants de la nef. L’un des pinacles du Nord-est porte en son sommet un ange musicien. Quant aux gargouilles très originales et amusantes, deux d’entre elles se distinguent. Face à la rue du Grand four, ancienne Cour des princes, que le roi empruntait pour se rendre à l’église, on observe une femme à la poitrine généreuse assise sur un pot et à sa droite un chien faisant une jolie grimace.

A l’intérieur vous pouvez retrouver neuf chapelles au sein de l’église, notamment la chapelle Saint Nicolas, patron des mariniers, qui possèdent une verrière du XVIème siècle, des fresques murales et une clôture sculptée des attributs mariniers, qui à l’époque, entretenaient cette chapelle.

La nef centrale possède 23 fenêtres, traduisant l’hardiesse des architectes de cette époque. Malheureusement seules 4 de ces fenêtres conservent leurs vitraux du XIIIème siècle.

Au dessus du Chœur, on observe que chaque arches est percée d’un oculus qui est crée pour renforcer et alléger, d’environ 4 tonnes, la croisée d’ogive. Seulement 9 monuments religieux possèdent cette curiosité en France.

En dessous de la rosace on peut admirer le buffet du grand orgue du XVIIIème, construit par Marcelin Tribuot en 1737 et classé aux Monuments Historiques en 1973.Il comporte 30 jeux qui remplissent l’église d’une richesse harmonique sans défauts.