L’HISTOIRE DE VILLENEUVE-SUR-YONNE

Villeneuve sur Yonne est née de la volonté du roi Louis VII le Jeune (1137-1180) qui désirait, en 1163, protéger les limites du royaume de France face au Comté de Champagne. Il acheta aux Prémontrés (de Saint Marien d’Auxerre) le territoire de Villeneuve. Plusieurs aménagements virent le jour : le pont s’appuyant sur l’île d’Amour, les murailles d’enceintes flanquées de tours précédées de fossés profonds, les portes fortifiées dont deux subsistent. Parallèlement la rive gauche se développa à partir de l’ancien village, appelé « Villefolle ».

Dominée par son église majestueuse, Notre Dame de l’Assomption, Villeneuve fait partie des villes dotées d’un donjon royal (La Grosse Tour ou Tour Louis le Gros), attribut de la puissance et de la gloire de Philippe Auguste dans le droit fil de la Tour du Louvre. Philippe Auguste y tiendra Parlement en 1204 et Saint Louis y résidera en 1270 avant de partir pour la huitième Croisade où il mourut à Tunis de la peste.

Du XIVe au XVIe Villeneuve perd son importance stratégique et subit l’impact des difficultés économique de la Guerre de Cent Ans et de l’incendie de 1594 (Guerres de Religion).

Le XVIIe voit la renaissance de la ville autour de ses activités traditionnelles (bois, vignes, tanneries et commerce fluvial). L’église se termine avec la façade renaissance de Jacques Chéreau (musée historique de la Porte de Joigny).

C’est en 1792 pendant la révolution que la ville prend son nom actuel de Villeneuve sur Yonne en place de Villeneuve le Roy. Les élites locales furent prises en otage, l’église fut en partie mutilée mais le calme revint avec l’Empire. Napoléon passa à Villeneuve sur Yonne en mars 1815. La guerre de 1870 marquera quant à elle les esprits par le drame des otages fusillés dont une colonne porte le lourd souvenir, quand au monument aux morts réalisé par le sculpteur Emile Peynot, il rend hommage aux victimes de la guerre de 14-18.

Les années trente conservent l’attristant souvenir du docteur Petiot, établi  à Villeneuve sur Yonne en 1924 et élu maire en 1927. Révoqué de ses fonctions de maire et obligé d’abandonner son cabinet, le docteur Petiot s’installe à Paris en 1933, où durant la seconde guerre mondiale il fut l’auteur d’assassinats atroces (principalement des juifs). Il sera guillotiné le 26 mai 1946.

Depuis les années 70, la ville se modernise et les années 2000 lui apportent les équipements et les services nécessaires pour répondre aux attentes et aux besoins de la population. Entre la ville et les hameaux, Villeneuve sur Yonne compte aujourd’hui plus de 5400 habitants.

Le développement économique et touristique, l’aménagement du territoire et le développement durable, la démocratie participative, sont autant d’outils que la commune de Villeneuve-sur-Yonne a décidé de mettre en avant pour affronter les défis du XXIe siècle dans un souci d’équilibre entre l’homme et l’environnement.

En savoir plus sur les monuments, cliquez sur les images…

porte-de-sens-vsyLa Porte de Sens

DSC08991La Porte de Joigny

église 11L’église Notre Dame de l’Assomption

DSC08947Le Pont St Nicolas

maison-7-tête-02-e1294742426100La maison à sept têtes

090716_133437La tour Philippe Auguste

bonnveilleLa tour Bonneville

theatre-villeneuveyonneEspace Culturel